LES ANTISÉMITES ONT-ILS RAISON ?

Aujourd’hui, on condamne l’antisémitisme parce que c’est un racisme. Soit. Nous pensons ici que le racisme est une ânerie. Écartons le racisme.
Mais l’antisémitisme est bien autre chose. C’est aussi une critique du judaïsme, des juifs, de leur politique, de leur rôle dans la société et même de leur religion. Or aujourd’hui cette critique est interdite, frappée de tabou. Les antisémites sont maudits parce qu’ils devraient partager le poids des crimes, tout-à-faits réels, commis par le régime nazi.
Mais l’antisémitisme est beaucoup plus ancien que le nazisme et n’en a aucun besoin. On peut parfaitement, comme nous le faisons ici, condamner le nazisme comme une politique imbécile qui a amené les juifs, les Allemands et les Européens à la catastrophe — que nous payons tous encore aujourd’hui, — sans avoir réfuté un iota des analyses propres à l’antisémistisme.
Aujourd’hui, l’horreur qu’inspire aux gens normaux la politique criminelle d’Israël, appuyée par de puissantes organisations juives dans le monde entier, demande, exige que l’on rouvre la question de la pertinence des critiques adressées par des générations de penseurs et d’hommes politiques à l’égard de leurs concitoyens juifs qui poursuivaient des buts politiques spécifiquement juifs. Beaucoup de sionistes et beaucoup de juifs croient et disent très fort que l’antisémitisme relève la tête, qu’il est partout, qu’il ne cesse de „monter”… Comme ils ont obtenu presque partout que son expression en soit interdite, il est impossible de savoir précisémment si c’est vrai ou non. Il nous semble pourtant certain qu’il existe une forte hostilité de principe dans tous les milieux politiques – insistons sur le „tous” – à l’encontre des projets politiques spécifiquement juifs.

Nous nous proposons ici de retrouver les grands textes antisémites, de les exhumer en quelque sorte, puisque des lois stupides ont fait penser qu’il suffisait d’interdire l’expression pour supprimer les idées, afin que l’esprit public puisse les examiner. La liberté d’opinion, celle des principes et non celle des lois qui la briment, est à ce prix. Nous ne proposons nullement de partager les opinions de ceux que nous allons mettre en ligne. Mais nous affirmons qu’une vraie liberté de penser ne peut pas se fonder sur l’ignorance et le déni.
Prenons un exemple simple. Nous avons tous appris, à l’école et dans les médias, que l’épouvantable Drumont avait écrit, à la fin du XIXe siècle, un livre abominable intitulé La France juive. Mais qui pourrait avoir la moindre idée de ce que disait Drumont ? En réalité, ce que nous entendons par „antisémitisme” est une suite de clichés en grande partie inventés par les propagandistes juifs eux-mêmes. A lire ses censeurs, on voit bien que l’antisémitisme qu’ils dénoncent est imaginé par eux. Ils ne se donnent même pas la peine de lire les textes qu’ils vouent aux gémonies. Ils ne se fatiguent pas à réfuter : ils condamnent, ils envoient les livres au bûcher, par palettes entières.
Et ces livres ont quasiment disparu. Les nazis ont certes organisé des „auto-da-fé”, comme on appelle ces réunions où la population était invitée à venir brûler ensemble la littérature dite subversive, mais on oublie qu’après la guerre les nouvelles autorités allemandes, sous la conduite des Alliés, ont purgé les bibliothèques, en brûlant des milliers et des milliers de titres. Elles continuent d’ailleurs aujourd’hui à détruire des livres que leurs tribunaux condamnent avec entrain à la non-existence. En France aussi, on s’accommode très bien que des livres soient interdits, et détruits. On purge et on repurge les bibliothèques publiques. On censure la Bible, Voltaire, et beaucoup d’autres, voués aux ténèbres. La censure fonctionne toujours mais elle est dissimulée. Il n’y a plus de cabinet noir mais des juges et des associations vouées à l’épuration intellectuelle. Qui se réclament des droits de l’homme pour mieux les bafouer et les piétiner.
Notre démarche consistera donc à battre en brèche ces tentatives de diabolisation et à faire appel à l’esprit critique que nous lègue une fort ancienne tradition. La moindre des choses, deux siècles après la révolution française, est d’affirmer que le citoyen doit être libre de juger. Le grand ouvrage de Richard Simon, son Histoire critique du Vieux Testament, qui justifie l’examen critique des textes les plus sacrés, date de 1680. Nos arrières sont solides.
Au reste, notre démarche se justifiera d’elle-même. Comme en toutes choses, il y a les bons et les mauvais livres. Nous laisserons les mauvais à la critique rongeuse des souris, selon la célèbre expression.
A côté de chaque ouvrage ainsi ressurgi du passé, nous ouvrirons un dossier intitulé „Autour de ce livre”. Nous y introduirons le contexte, les renseignements disponibles, les analyses qui permettent de mieux saisir les intentions de l’auteur, les critiques, etc. Les lecteurs sont invités à contribuer à ces dossiers, non pas pour faire partager leurs opinions personnelles, ce qu’ils peuvent faire ailleurs par eux-mêmes avec leurs moyens particuliers, mais pour nous faire partager un savoir objectif sur l’ouvrage en question. Une sorte de vade-mecum critique peut ainsi aider à saisir ce qu’a signifié un livre paru à une certaine époque, en un certain endroit, dans le courant intellectuel du moment.
Evidemment, cette entreprise ne plaira pas à tout le monde. Nous allons être dénoncés comme tous ceux, d’ailleurs, qui ne sont pas au garde-à-vous. Des associations spécialisées dans la mutilation et le cantonnement des libertés publiques ne manqueront pas d’intervenir pour réclamer notre interdiction. Qu’elles soient assurées ici de notre plus totale indifférence.
Enfin, une dernière chose. Nous récusons avec la dernière énergie toute violence faite aux individus comme aux biens. Les politiques de persécution, en particulier celles qui ont été appliquées par les nationaux-socialistess ont eu des effets catastrophiques pour les juifs bien sûr, mais aussi pour ceux qui croyaient faire partie d’une prétendue „race” des seigneurs. Ils paient le prix de l’asservissement et du décervelage, pour un siècle et plus. Toute violence est imbécile, et attentatoire à nos libertés.
Il ne s’agit pas de dominer qui que ce soit. Il s’agit de ne pas être dominés. Tous les racismes sont stupides. Nous approfondirons toutes ces notions, au fur et à mesure. Nous voulons et nous exerçons la liberté de pensée, et ceci vaut pour tout le monde, pour les indifférents, les tièdes, les adversaires, les hydrocéphales, les fanatiques, les bègues, les bigots et les crétins des Alpes. Et, foutreclaque, ils sont nombreux !
1er janvier 2008
Notre adresse
it.antisem@yahoo.com

* * * * * * * * * *

Merci à Wikipedia: LES OUVRAGES ANTISÉMITES FRANÇAIS
Ouvrages antisémites français [modifier]
· Georges Batault, Le Problème juif, Paris, Plon, 1921.
· Robert de Beauplan, Le Drame juif, Sorlot, 1939.
· Isaac Blümchen (pseudonyme d’Urbain Gohier), À nous la France, 1913.
· Isaac Blümchen (pseudonyme d’Urbain Gohier), Le Droit de la Race supérieure, 1914, 1934.
· Albert Blute, Face au Front populaire. Contre La Guerre, Rassemblement, Éditions des oeuvres latines, 1937.
· A.J.S.-M. de La Cambre-Mialet, Français vous êtes trahis ! Le rôle des Juifs et de la franc-maçonnerie dans la politique contemporaine, préface d’Henry Coston, O.P.N. 1938.
· Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre (1937).
· Louis-Ferdinand Céline, L’école des cadavres (1938).
· Auguste Chirac,
Le Complot juif : Les Protocoles des sages de Sion, Rassemblement Antijuif de France, 1938 ou 1939. Préface de Louis Darquier de Pellepoix.
· Léon Daudet, L’Avant-Guerre. Études et documents sur l’espionnage juif-allemand en France depuis l’Affaire Dreyfus, Nouvelle librairie nationale, 1912, 1915.
· Henri Desportes (1865-19..)
· Édouard Drumont, La France juive, 2 volumes, 1886, réédition 1986 aux Éditions du Trident.
· Édouard Drumont, La France juive devant l’opinion, 1886, réédition 1986 aux Éditions du Trident.
· Édouard Drumont, La Fin d’un monde (1889).
· Édouard Drumont, La Dernière Bataille (1890).
· Édouard Drumont, Le Testament d’un antisémite (1891).
· Édouard Drumont, Le Secret de Fourmies (1892).
· Fayolle-Lefort, Est-ce que je deviens antisémite ? , Les Éditions de France, 1938.
· Paul Ferdonnet, La Guerre juive, Baudinière, 1938.
· Paul Ganem, L’Étreinte mortelle de la judéo-maçonnerie, Éditions de l’Anticipation, 1940.
· Pierre Gérard, Le Juif… Notre maître, Rassemblement Antijuif de France, 1938.
· Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, Gallimard, 1939.
· René Gontier, Vers un racisme français, Denoël 1939.
· René Groos, Enquête sur le problème juif, Nouvelle librairie nationale, 1922 ou 1923.
· Marcel Jouhandeau, Le Péril juif, Sorlot, 1936.
· Ernest Jouin, La Judéo-maçonnerie et la loi de séparation, vers 1920-1921.
· D. Kimon (pseudonyme) (1860-19..)
· Roger Lambelin, Le Péril juif. L’impérialisme d’Israël, Grasset, 1924.
· Roger Lambelin, Le Péril juif. Les victoires d’Israël, Grasset, 1928.
· Marcel Malynski. Léon de Poncins, La Guerre occulte: juifs et francs-maçons à la conquête du monde, Beauchesne, 1936.
· Louis Massoutié, Judaïsme et hitlérisme, Nouvelle revue critique, 1935.
· Marquis de Morès (1858-1896)
· Léon de Poncins, Les Forces secrètes de la Révolution, Brossard, 1928.
· Léon de Poncins, Les Juifs maîtres du monde, Brossard, 1932.
· Léon de Poncins, La Mystérieuse internationale juive, Brossard, 1936.
· Jean Roget. L’Affaire Dreyfus. Ce que tout Français doit en connaitre. Librairie d’Action Française, 1925. Réédition: L’Affaire Dreyfus. Ce qu’en disait l’Action Française en 1925, Éditions du Trident 1995.
· Jean Roland, Les Auteurs de notre défaite, Éditions nouvelles, 1940.
· Georges Saint-Bonnet, Le Juif ou l’internationale du parasitisme, Vita, 1933.
· René Saint-Serge, L’Invasion juive, Rassemblement Antijuif de France, 1940.
· Joseph Santo, Les grands secrets actuels, Paris 1937.
· Albert Savine (1859-1927)
· Jean et Jérôme Tharaud, L’Ombre de la Croix, Plon 1920.
· Jean et Jérôme Tharaud, Quand Israël est roi, Plon 1921.
· Jean et Jérôme Tharaud, Quand Israël n’est plus roi, Plon 1933.
· Laurent Viguier, Les Juifs à travers Léon Blum. Leur incapacité à diriger un état. La marque juive dans le christianisme. Baudinière 1938.
· Hermann de Vries de Heekelingen, Israël. Son passé. Son avenir, Perrin, 1937.
Presse antisémite française et édition [modifier]
· L’Ami du Peuple, dont le sous-titre était: „Hebdomadaire d’action racique contre les forces occultes”.
· L’Antijuif, hebdomadaire du Grand Occident de France (vers 1890).
· La Bibliothèque antisémitique, Albert Savine.
· Les Cahiers de l’Ordre
· Candide, hebdomadaire maurrassien
· Contre-Révolution, où Georges Montandon publie en 1939 „La Solution ethno-raciale du problème juif „.
· L’Émancipation nationale, hebdomadaire du Parti populaire français (PPF)
· La France enchaînée, dirigé par Louis Darquier de Pellepoix.
· Gringoire
· Le Franciste, organe du Mouvement franciste de Marcel Bucard.
· Le Lillois (1884-1893), le plus ancien quotidien antisémite français
· La Libre parole, d’Édouard Drumont puis d’Henry Coston.
· National Populaire, journal du Rassemblement national populaire de Marcel Déat et Georges Albertini.
· Le Réveil du peuple
· Revue internationale des sociétés secrètes, dirigée par l’abbé Jouin.
Entre 1940 et 1944 [modifier]

· Louis-Ferdinand Céline, Les beaux draps (1941),
· Pierre-Antoine Cousteau, L’Amérique juive, Les Editions de France, 1942
· Henri Labroue, Voltaire anti-juif, 1942
· Fayolle-Lefort, Le Juif cet inconnu. Les Editions de France, Les Temps Nouveaux, 1941. Le titre pastiche l’ouvrage d’Alexis Carrel.
· Georges Montandon, Comment reconnaître le Juif ? Collection „Les Juifs en France”, Nouvelles Éditions françaises, Denoël, 1940.
· Lucien Rebatet, Les Décombres, Denoël, 1942.
· Xavier Vallat. Le Problème juif. Secrétariat Général à l’Information et à la Propagande, 1942.
· Louis Thomas, Les Raisons de l’anti-judaïsme.
· Armand Bernardini, Le juif Marat , 1944.
· Jean Boissel, La Crise, oeuvre juive, manière de la conjuration , 1941.
Presse antisémite française [modifier]
L’antisémitisme est devenu l’un des principes politiques du régime de Vichy illustré par le statut des Juifs appliqué par le gouvernement. La ligne officielle est largement soutenue par les principaux titres de la presse française, dont certains sont détenus en sous-main par l’ambassade d’Allemagne d’Otto Abetz, qui a créé pour sa propagande les Éditions Le Pont.
Ci-dessous les titres principaux de la presse antisémite de l’époque :
· L’Action française, journal du mouvement de ce nom.
· Aujourd’hui, quotidien
· Le Cri du Peuple, quotidien de Jacques Doriot, subventionné par les nazis,
· Devenir, organe officiel de la Waffen-SS française
· La France au travail, journal de Charles Dieudonné, qui devient La France Socialiste.
· France-Révolution
· La Gerbe, dirigé par Alphonse de Chateaubriant.
· Je suis partout, dirigé durant la guerre par Charles Lesca, avec pour rédacteurs en chef successifs Robert Brasillach et Pierre-Antoine Cousteau.
· La Légion
· Le Matin
· La Nouvelle France , „Organe nationaliste antijuif”. Directeurs politiques Henry Coston et Jacques Ploncard.
· Le Cahier Jaune, revue fanatiquement antisémite lancée par l’Institut d’étude des questions juives, officine de propagande antisémite parrainée par les nazis.
· Les Nouveaux Temps
· L’Oeuvre, dirigée par Marcel Déat.
· Paris-Soir, qui titre lors d’un voyage de Pétain: „Les Marseillais courent sus aux Juifs”.
· Le Petit Parisien
· Au Pilori, financé par les Allemands, qui déclenche des campagnes contre des individus.
· La Terre Française, dirigée par André Bettencourt, futur ministre de la IVe et de la Ve République.
À ces publications il faudrait ajouter la quasi totalité de la presse régionale de l’époque :
Presse antisémite bretonne [modifier]
· Arvor, revue bilingue dirigée par Roparz Hemon,
· La Bretagne, quotidien d’orientation vichyste,
· La Dépêche, quotidien brestois, remplacé par Le Télégramme,
· L’Heure bretonne, organe du Parti National Breton,
· Le Nouvelliste du Morbihan, quotidien lorientais, remplacé par „Le Morbihan Libéré„, devenu rapidement La Liberté du Morbihan,
· Ouest-Eclair, quotidien rennais, remplacé par Ouest-France,
· Le Phare de la Loire, quotidien nantais,
· Stur, revue fasciste d’Olier Mordrel.
Presse antisémite de Normandie [modifier]
· Le Journal de Rouen sera suspendu en 1944 et remplacé par Paris-Normandie.
Effets de la propagande antisémite [modifier]
D’après Laurent Joly, dans Vichy dans la „Solution Finale”, „en 1940 l’antisémitisme avait trouvé „un large écho” et „de nombreux témoignages attestent d’une bouffée d’antisémitisme dans tous les milieux et toutes les catégories d’âge”.
Sources [modifier]
· Anne-Sophie Hourdeaux, Présentation d’un système antisémite d’avant l’affaire Dreyfus : le journal Le Lillois (1884-1893), 100 pp. dactylographiées, Lille 3.
· Laurent Joly, Vichy dans la solution finale, Histoire du Commissariat général aux questions juives 1941-1944, Bernard Grasset 2006
· Pierre-André Taguieff, Grégoire Kauffmann, Mickaël Lenoire, L’antisémitisme de plume – 1940-1944 – études et documents. Paris, 1999, Berg International Editeurs, ISBN 2-911289-16-1
C’est évidemment très succinct et nous cherchons d’autres compilations. Les lecteurs peuvent nous faire part de leurs collectes.
Par exemple, le site „Jewish racism”, „dédié à la protection de tous les juifs contre l’antisémitisme et l’inhumanité des juifs racistes” donne une liste de livres disponibles en ligne (en anglais et en russe)
BOOKS AVAILABLE ONLINE
The Jewish Genocide of Armenian Christians by Christopher Jon Bjerknes
The Manufacture and Sale of Saint Einstein by Christopher Jon Bjerknes
Soljenitsyne en russe (1795-1995) –
Two Hundred Years Together (1795-1995) by Alexander Solzhenitsyn (Russian)
Jewish History, Jewish Religion – The Weight of Three Thousand Years by Israel Shahak
Jewish Fundamentalism in Israel by Israel Shahak and Norton Mezvinsky
THE ISRAEL LOBBY AND U.S. FOREIGN POLICY by John J. Mearsheimer and Stephen M. Walt
Zionism in the Age of the Dictators by Lenni Brenner
Antisemitism: Its History and Causes by Bernard Lazare
L. B. Woolfolk, Great Red Dragon, or London Money Power: The Foreign Money Power in the United States, George E. Stevens, Cincinnati, (1890).
Pierre Hepess, LE DERNIER BAL DU „GRAND SOIR” OU LA „REPUBLIQUE UNIVERSELLE” DE L’AN UN A DEUX MILLE: ETUDE SOCIOLOGIQUE, POLITIQUE ET HISTORIQUE, Beirut, (1957). This is another book on the Jewish genocide of Armenian Christians.
1-2 1999? / 2000?. Available online in Russian: Arutyun Sarkisian, Chapters 1 & 2 of „Zionism from Theodor Herzl to Lord Rothschild and the Armenian Question”, Armenian Bulletin, Number 1-2, (1999); and Arutyun Sarkisian, Chapters 3-5 of „Zionism from Theodor Herzl to Lord Rothschild and the Armenian Question”, Armenian Bulletin, Number 1-2, (2000).
The Kingship of Christ and The Conversion of the Jewish Nation by Rev. Denis Fahey
Jewish Involvement in Shaping American Immigration Policy, 1881-1965: A Historical Review by Kevin MacDonald
Secrets of The Federal Reserve (The London Connection) by Eustace Mullins
War Is a Racket by General Smedley D. Butler
Rome and Jerusalem: A Study in Jewish Nationalism by Moses Hess
Rom und Jerusalem by Moses Hess (German)
Jesus Christ in the Talmud, Midrash, Zohar, and the Liturgy of the Synagogue by Gustaf Dalman
NOTED HEBREW AND RABBINICAL SCHOLAR JOHANNES BUXTORF QUOTED FROM MACHIR OF TOLEDO’S AVKAT ROKHEL, CONSTANTINOPLE/ISTANBUL, (1516)
A Jewish State: An Attempt at a Modern Solution of the Jewish Question by Theodor Herzl
The Problem of the Jewish Race by Israel Zangwill
The Jewish Problem: How to Solve It by Louis Dembitz Brandeis
Jewish Questions: Three Lectures by Ignatz Zollschan
The Hidden Tyranny by Benjamin Harrison Freedman
The Talmud Unmasked by Rev. I. B. Pranaitis
The Jewish Religion: Its Influence Today by Elizabeth Dilling
The Protocols of the Learned Elders of Zion (Multiple Languages on the bottom of the page)
The Hidden Power Behind Freemasonry by Lt. Col. Gordon „Jack” Mohr: Part 1, Part 2, Part 3, Part 4, Part 5, Part 6, Part 7, Part 8.
11th Edition of the Encyclopaedia Britannica
The Catholic Encyclopedia
Jewish Encyclopedia
Jewish Encyclopedia (alternative version)
Babylonian Talmud
Bible: King James Version
Masoretic Text of the Hebrew Bible
The Plot Against the Church by Maurice Pinay
The International Jew: The World’s Foremost Problem by Henry Ford and the editors of The Dearborn Independent (HTML)
The International Jew: The World’s Foremost Problem by Henry Ford and the editors of The Dearborn Independent (PDF)
Germany Must Perish! by Theodore N. Kaufman
Germany and the Jewish Question by Dr. Friedrich Karl Wiebe (English)
Deutschland und die Judenfrage von Dr. Friedrich Karl Wiebe (German)
A Three Thousand Year Old Riddle: The History of the Jews from a Modern Russian Perspective by I.R. Shafarevich (Russian)
Sweet Liberty Books Online
Many important Political Zionist works as well as commentary
Philip Dru, Administrator: A Story of Tomorrow, 1920-1935 by „Colonel” Edward Mandell House
The New World Order by H. G. Wells
The Shape of Things to Come by H. G. Wells
1984 by George Orwell
„Secret Societies and Subversive Movements” and „The French Revolution” by Nesta Webster
Gentile Folly: the Rothschilds by Arnold Leese
The Great French Revolution, 1789-1793by P. A. Kropotkin
Tragedy and Hope by Carroll Quigley (The online book has a table of contents at the bottom of the webpage.)
The Grand Chessboard: American Primacy And It’s Geostrategic Imperatives by Zbigniew Brzezinski
Machiavelli
The Soviet Art of Brain Washing: A synthesis of the Russian Textbook on Psychopolitics
Wall Street and FDR by Antony C. Sutton
Wall Street and the Bolshevik Revolution by Antony C. Sutton
Wall Street and the Rise of Hitler by Antony C. Sutton
The Best Enemy Money Can Buy by Antony C. Sutton
The Controversy of Zion by Douglas Reed
Holocaust Books, including books by Rudolf and Butz (Click on PDF)
Secret Societies and the French Revolution / The Comte de Saint-Germain / Religious Liberty and the French Revolution / Mme de Stael and Napoleon
Historical Maps of „Greater Israel”