3
PÉNURIE DE CARBURANT PÉNURIE DE CARBURANT: UNE DES RAISONS PRINCIPALE : UNE DES RAISONS PRINCIPALE : UNE DES RAISONS PRINCIPALES
DE LA PERTE DE LA GUERRE PAR LES ALLEMANDS
Au risque de laisser les faits faire interférence avec un canular bien monté, les
Allemands perdirent — en très grande partie — la guerre parce qu’ils manquèrent
de carburant. C’est une certitude historique et militaire. Manquant
désespérément de cet ressource vitale, pourquoi auraient-il délibérément
détourné du carburant vers de soi-disant crématoires génocides, plutôt que
d’alimenter leurs tanks, leurs jeeps et leurs jets de combat ? Pareille action eu
été du plus haut niveau de gaspillage, en particulier lorsque les Allemands
essayèrent vraiment de gagner la Deuxième Guerre Mondiale !
Photo de reconnaissance aérienne
américaine pendant la Deuxième
Guerre Mondiale
En plus, pourquoi la foule
des tenants de l’Holocauste
ne dit pas aux gens que,
pendant la Guerre, les avions
de reconnaissance américains
ont pris des milliers de photos
du sol allemand ? Or, pas une
seule de ces photos ne révèle
de longues lignes de camions
de carburant voyageant vers
les prétendus crématoires (y
compris ceux de Pologne). De
toute évidence, pour tuer six millions de personnes, il aurait fallu littéralement
des milliers de camions-citernes pour en fournir assez pour les fours. Mais pas la
moindre preuve existe venant confirmer que ces camions citernes étaient utilisés
dans ce but.
Étrangement, les avions espions américains ne photographièrent pas non plus
de volutes de fumée sortant de cheminées et qui auraient pu être émises de
fours opérant 24 heures sur 24 pour tuer six millions de personnes. Imaginez la
vaste opération exigée pour incinérer six millions de gens, et pourtant, pas la
moindre cheminée vomissante.
Et ça devient encore plus particulier. Les Allemands enregistraient
méticuleusement des rapports qui furent saisis suite à la Deuxième Guerre
Mondiale. Or, pas un seul livre ne fait mention de dizaines de milliers de camions
12
livrant du carburant à un quelconque prétendu crématoire. Ces comptes-rendus
n’existent pas parce que les Allemands réservaient le pétrole à un usage
beaucoup plus pressant, c’est-à-dire, à combattre pendant la guerre.
Puis, il y a l’empoisonnant petit problème du charbon que l’on aurait pu utiliser
pour incinérer les Juifs. Mais des centaines de milliers de tonnes de charbon
furent plutôt employées pour produire de la gazoline synthétique. En termes plus
simples, les Allemands ne pouvaient plus générer assez de carburant pour
simplement faire rouler leur machine de guerre, encore bien moins cuire six
millions de Juifs. C’est une des premières raisons pour lesquelles ils perdirent la
guerre.
13
4
LOGISTIQUE LOGISTIQUE: PAS ASSEZ DE TEMPS OU DE MAIN : PAS ASSEZ DE TEMPS OU DE MAIN : PAS ASSEZ DE TEMPS OU DE MAIN-D’ŒUVRE D’ŒUVRE
POUR METTRE EN PLACE UNE OPÉRATION AUSSI MASSIVE
Au lieu de jouer à conter des rondes enfantines (comme le font les historiens
holocaustiques), soyons réalistes. Pourquoi les Allemands, prétendument
génocides, auraient-ils consacré des millions d’heures de travail à transporter des
Juifs hors de leur pays pour ensuite les massacrer en sol étranger ? Imaginez le
nombre de trains, les milliers de camions-citernes de carburant et le personnel
dont on aurait eu besoin pour entreprendre une tâche pareille. Pourquoi occuper
les rails à transporter des Juifs sur des centaines de milles, alors que ces mêmes
trains auraient pu être utilisés à amener les soldats et les munitions ?
Si les SS étaient vraiment des tueurs si efficaces, pourquoi ne pas tout
simplement tirer une balle dans la tête de ces Juifs et en sol allemand ?
Pardonnez le sarcasme, mais peut-être que cette explication et l’emploi du gros
bon sens pratique donnent un portrait un peu trop clair.
Et aussi, lorsqu’on examine des photos d’Auschwitz et d’autres camps,
pourquoi bâtir des milliers d’unités de logement pour y laisser vivre les Juifs
quand — de ce qu’on prétend — ils allaient être tués de toute manière ? Ou alors,
est-ce que ces baraquements n’étaient-ils pas plutôt destinés à loger des
travailleurs très utiles ? De plus, pourquoi les Allemands ont-ils construit sur place
des usines de purification d’eau si les Juifs devaient simplement aller s’y faire
tuer ? Les cadavres n’ont pas besoin de boire de l’eau, mais les travailleurs, si.
D’ailleurs, nous allons abattre une autre vache sacrée. Si les Nazis n’avaient
dans l’idée que de tuer les Juifs, pourquoi gaspiller leur énergie à les tatouer ? À
moins que ces chiffres d’identification n’aient été un moyen de retracer leurs
travailleurs… ?
14
5
SÉCURITÉ ET CONFORT SÉCURITÉ ET CONFORT: LES CAMPS DE CONCENTRATION : LES CAMPS DE CONCENTRATION
S’AVÉRÈRENT L’ENDROIT LE PLUS SÉCURITAIRE POUR LES
JUIFS DURANT LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE
Pardonnez mon insistance à consulter la documentation réelle, mais des
séquences prises dans les camps de travail allemands durant la Deuxième
Guerre Mondiale montrent des centres d’achat sur place, sans mentionner les
champs sportifs (pour des parties de soccer), des piscines, des grands-places,
des salles de concert et des bureaux de poste.
En considérant une Allemagne déchirée pendant la dernière partie de la
Seconde Guerre Mondiale, en particulier dans les ghettos, beaucoup de
travailleurs forcés d’entrer dans ces centres industriels virent, en fait, leur
standard de vie s’améliorer. Or, sans tomber dans des raisonnements infantiles,
pourquoi les Allemands auraient-ils fourni tous ces agréments s’ils ne devaient
simplement qu’incinérer des millions de Juifs ?
Ou alors, ces conforts matériels devaient-ils plutôt garder leurs travailleurs
dans une relative satisfaction ? De plus, les preuves démontrent que les
travailleurs productifs au sein de ces camps recevaient des privilèges spéciaux, y
compris des soirées à l’orchestre.
◄ Argent des camps de travail ◄ Argent des camps de travail Argent des camps de travail: le Lagergeld
Au lieu de tourner en rond autour de
la question, le fait est que l’argent des
camps de concentration, le Lagergeld,
fut créé dans le but de payer les
travailleurs pour leurs efforts. Cette
monnaie fut employée à Auschwitz,
Buchenwald et Dachau. Ce système de
paiement incluait les employés juifs qui
reçurent des papiers « provisoires » qu’ils encaissaient plus tard pour acheter des
biens dans les magasins situés à l’intérieur des centres industriels.
Quelle idée bizarre, ne croyez-vous pas, que de donner des chèques de paye à
des esclaves juifs… ceux-là même que les Nazis étaient supposés exécuter dans
des fours ?
Allons un pas plus loin, non seulement n’y a-t-il pas eu de camp d’exécution
quelconque opéré par les Nazis, mais ces facilités de travail devinrent en vérité
un des endroits les plus sécuritaires en Europe à la fin de la Guerre.
15
Exemple de monnaie dans les
camps de travail. ► camps de travail. ►
Parce que les puissances
occidentales avaient investi
dans les camps, comme la
I.G. Farben, elles firent bien
attention de ne pas
bombarder les énormes
centres industriels (i.e. les
camps de concentration),
parce que cela leur aurait coûté trop cher. De ce fait, puisque les Juifs oeuvraient
dans ces camps de travail, ils étaient effectivement plus en sécurité sous le
contrôle allemand que la plupart des autres gens de la population (spécialement
à Dresden qui subit un bombardement holocaustique réel et atroce).
◄ Centre industriel de la I.G. Farben ◄ Centre industriel de la I.G. Farben
Comme c’est malcommode, penserez-vous,
quand les faits illuminent un sujet qui avait
préalablement été si bien rendu confus par la
désinformation et la propagande. Alors que les
familles allemandes se faisaient décimer et
tuer par milliers durant le massacre des Alliés,
les Juifs étaient protégés et en sécurité dans
leurs camps de travail.
Donc, soyons clairs. Les Juifs résidaient dans
les centres polonais et allemands, mis en
sûreté et à part des autres Allemands qui
mouraient de manière horrible sur une base
quotidienne. Ces Juifs ne se faisaient pas frire
dans des chambres à gaz. Au lieu de cela,
après une journée de travail, les Juifs se
prélassaient dans des bibliothèques, regardaient des parties de soccer ; des
docteurs et des infirmières s’occupaient d’eux et ils assistaient à des
symphonies.
Posez-vous la question : pourquoi les Allemands auraient-ils conservé les Juifs
en santé en leur prodiguant des soins médicaux grâce à des hôpitaux dernier cri,
seulement pour les supprimer ensuite ? Comment est-il possible de croire aux
histoires à dormir debout des historiens holocaustiques qui affirment que les Juifs
furent gazés à peine quelques heures après leur descente de train en Pologne ?
Ce n’est tout simplement pas vrai.
16
Mais une fois la guerre terminée, l’agenda juif nécessitait qu’une invention du
nom d’Holocauste soit créée afin de favoriser leurs buts visés. À cette lumière, ce
peut être le bon moment de citer le docteur juif, Aryeh Leon Kubovy, du Centre
israélien de Documentation juive de Tel-Aviv. Il a clairement déclaré : « Il n’existe
aucun document signé par Hitler, Himmler ou Heydrich parlant d’une
extermination des Juifs … et le mot ‘extermination’ n’apparaît pas dans la lettre
de [Hermann] Goering à Heydrich concernant la Solution Finale à la question
juive. »